Le spectre en énergie des particules les plus énergétiques de l’univers, les rayons cosmiques d’ultra haute énergie, a été mesuré à l’Observatoire Pierre Auger avec une précision sans précédent. A la rupture de pente déjà bien connue dans le spectre, dénommée « la cheville », s’ajoute une nouvelle observée à une énergie légèrement plus élevée. Ce changement d’indice spectral peut s'expliquer par une variation de la composition en masse du flux des rayons cosmiques avec l’énergie. Les résultats viennent d’être publiés par la collaboration Pierre Auger dans deux articles connexes (Phys. Rev. Lett.125, 121106 (2020) et Phys. Rev. D 102, 062005 (2020)).
Cette mesure du spectre en énergie est unique de par l’exposition jamais atteinte jusque-là (plus de 60000 km2 sr an) et la méthode employée pour le déterminer sans hypothèse sur la nature des rayons cosmiques ni sur le détail des interactions hadroniques conduisant à la formation des grandes gerbes atmosphériques.

DetecteurCupidMoL’expérience CUPID-Mo, installée au Laboratoire Souterrain de Modane dans le cryostat de l’expérience EDELWEISS, vient de fixer une nouvelle limite mondiale pour la détection de la signature 0νββ. CUPID-Mo est un démonstrateur qui vient ainsi de prouver son efficacité tant dans la mesure de l’énergie que dans la réjection de bruit de fond. Ce résultat était vivement attendu par les équipes physiciens préparant le déploiement à grande échelle de ce type de détecteurs dans un futur proche. Avec ce nouveau résultat, le LSM conserve sa tradition de record de précision sur la mesure de la période 0νββ du noyau 100Mo, obtenu jusqu’alors avec l’expérience NEMO3.

5mars

Les membres du personnel du Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie (LPSC) déclarent le laboratoire en lutte et appellent à la grève contre le projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR). Ce projet va avoir comme conséquences directes d’institutionnaliser la précarité des travailleurs et des travailleuses de la recherche, et fragilisera encore un peu plus la recherche publique française.

Les actes de congrès de la conférence mm Universe @ NIKA2 ont été publiés dans la revue EPJ Web of Conferences (EDP Sciences). 

 

Capture_décran_2020-02-26_à_14.17.00.png

EPJ Web of Conferences - Volume 228 (2020)
F. Mayet, A. Catalano, J.F. Macías-Pérez and L. Perotto (Eds.)

Cette conférence est la première d'une série de conférences qui accompagneront l'utilisation de NIKA2 au télescope de 30 mètres de l'IRAM. Elle a permis des discussions sur des sujets scientifiques liés à NIKA2 : instruments, analyse des données, derniers résultats et implications cosmologiques, projets à venir. Ce fut un grand succès grâce à l'enthousiasme des participants et à la grande qualité de leurs présentations.

Le comité local d'organisation remercie le LPSC pour son soutien administratif et logisitique.

La conférence a été financée par le projet ANR NIKASky et a bénéficié d'un soutien financier du LPSC et du labex Focus.

Le comité local d'organisation 

Johana Paquien, Frédéric Mayet, Andrea Catalano, Florian Kéruzoré, Juan-Francisco Macias-Perez, Laurence Perotto 

 

Le LSST (Rubin Observatory Legacy Survey of Space and Time) va réaliser une cartographie en trois dimensions du ciel sur la moitié de la voûte céleste en surface et plus de la moitié de l’âge de l’univers en profondeur. Ce relevé comprendra quelque 38 milliards d’astéroïdes, étoiles et galaxies.

Pour le réaliser, une caméra de plus de 3 milliards de pixels est en phase finale d’assemblage et de tests aux États-Unis avant d’être installée au Vera C. Rubin Observatory au Chili sur un télescope de 8 mètres de diamètre. Pour identifier la nature des sources et mesurer leur distance, la cartographie est réalisée de l’infrarouge proche à l’ultraviolet proche à l’aide de 6 filtres.

L’IN2P3 est en charge de tous les éléments qui servent à manipuler ces filtres et le LPSC a conçu et construit le système chargeur de filtre qui permet d’installer ou enlever un filtre sur la caméra - celle-ci ne pouvant accueillir que 5 des 6 filtres simultanément.

 2020 01 LPSCSlac

Légende : L’équipe du LPSC devant le chargeur de filtres en test à SLAC.

Les tests se sont déroulés avec succès pour le chargeur de filtres.
Pour la première fois, les ingénieurs du LPSC ont inséré les 5 faux-filtres dans la caméra à l'aide du chargeur en utilisant les commandes FCS de haut niveau sous le contrôle des automates de sécurité. Tout s'est très bien passé.

On va encore trembler un peu lorsqu’il faudra jouer avec les vrais filtres dans quelques mois .…

 
 Retrouvez plus d’informations et de photos dans l’article consacré au système changeur de filtres sur le site de l’IN2P3.

 heroes

Légende : Les héros de LSST-France, extrait de la présentation générales aux journées LSST-France du 3 février 2020