Ce travail, réalisé en collaboration avec l’université Hassan II de Casablanca (Maroc), a fait l’objet de deux notes soumises à un comité de lecture : LC‑DET2007‑004 et LC‑DET‑2005‑011. Outre l’étude de la résolution en énergie concernant la détection d’électrons et de photons à différentes énergies et à différentes positions selon la technique classique qui consiste à mesurer le dépôt d’énergie dans les couches actives de silicium (signal analogique), nous avons aussi estimé les performances des bouchons à partir du nombre de cellules touchées dans chaque couche (signal numérique). Bien que la réponse concernant la technique numérique ne soit pas linéaire, il est cependant possible de remonter à l’énergie de la particule incidente avec une paramétrisation adéquate. De plus, il est intéressant de constater (figure 1) qu’au-dessous de 4 GeV la technique numérique l’emporte (meilleure résolution) sur la technique analogique. Enfin, en pondérant correctement les deux techniques (qui ne sont pas totalement corrélées) il est évidemment possible d’obtenir une amélioration de la résolution en énergie.

resolutions