La Valorisation : une tradition au LPSC

 

Le LPSC est un laboratoire de recherche fondamentale, mais il a aussi une mission de valorisation des résultats de ses recherches, notamment en direction des industriels intéressés par le savoir-faire du laboratoire ou par des partenariats en vue du développement d’innovations dans différents domaines. Dans les faits, cela fait plus de 25 ans que le LPSC développe et entretient des collaborations étroites avec les industriels. A titre d’exemples, ces collaborations peuvent prendre diverses formes, comme :

•des contrats de conseils, soit de conseil individuel (contrat avec un expert), soit d’équipe conseil passé avec le laboratoire

•des contrats de prestation de service très divers, qui peuvent aller de la simple facturation ponctuelle à des contrats sur plusieurs années

•des contrats de collaboration de recherche qui peuvent concerner des développements innovants, des encadrements de doctorants (conventions CIFRE ou autres) ou de formation d’ingénieurs ou de techniciens

•la mise en œuvre de développements à vocation de valorisation à travers les ANR « émergence », ou encore plus récemment le soutien à la pré-maturation de la Direction de l'Innovation et des Relations avec les Entreprises du CNRS

•l’accueil d’industriels dans ses locaux et la mise en place d’équipes communes de R&D comme c’est le cas avec la société Techmeta-Bodycote, ou comme cela l’a été avec la société HEF R&D, dans le cadre d’une ERT (équipe de recherche technologique) ou encore avec des sociétés de hautes technologie comme Orsay Physics

Les actions en cours

Le laboratoire poursuit une politique active de valorisation et de transfert de technologies, principalement dans ses domaines traditionnels (mesure des faibles radioactivités, électronique, détecteurs, informatique, sources d’ions, technologies plasma, traitements de surface par plasma), mais aussi dans des domaines en émergence comme l’hadronthérapie (CNAO, Etoile) et les nouvelles configurations d’accélérateurs, et, comme perspective à plus long terme, les réacteurs TMSR (thorium molten salt reactors) pour la production d’énergie nucléaire.

Enfin, les nombreuses compétences techniques et scientifiques du LPSC permettent de répondre à diverses sollicitations d’industriels, parfois très ponctuelles comme des actions de formation à des logiciels de simulation, des tissages de fils fins, des montages de détecteurs, des réalisations de pièces mécaniques de haute technicité (électroérosion), et l’accueil de doctorants dans le cadre de conventions CIFRE.

 

 

 

 

 

Site de Valorisation de l’IN2P3

Service Partenariat et Valorisation de la Délégation Régionale Alpes (DR11)

 

Valorisation du LPSC

Arnaud Lucotte  Directeur du LPSC
Tél : (33) 4 76 28 40 01

Correspondant Valorisation du LPSC

Pierre de Lamberterie
 Tél. :+33 4 76 28 40 24

Laboratoire de mesure de Basse Activité (LBA)

Le Laboratoire de mesure des Basses Activités (LBA) est dédié à la mesure par spectrométrie gamma des très faibles radioactivités ; il fait partie du Réseau Becquerel de l'IN2P3. Ce laboratoire, situé au sous-sol du LPSC est équipé de 2 détecteurs germanium hyper pur. Des échantillons de diverses natures sont régulièrement caractérisés radiologiquement (terres, eaux, matériaux de construction, ...).

Pôle Accélérateurs et Sources d’Ions

L’ensemble des compétences requises pour concevoir, réaliser et faire fonctionner un accélérateur se concentre essentiellement dans quelques grands organismes (CNRS/IN2P3, CEA, CERN par exemple) et se prête à des actions de valorisation. Le pôle Accélérateurs et Sources d’Ions, tout en ayant un socle d’activités à vocation académique, s’est toujours impliqué avec succès dans ces actions. Les compétences regroupées au sein du pôle permettent d’apporter des solutions innovantes pour des applications très variées : les canons à électrons pour les écrans cathodiques, le développement de sources de plasmas et d’ions pour les traitements de surfaces (durcissement mécanique, analyse, décapage, semi-conducteurs…), pour l’analyse des surfaces (faisceaux d’ions focalisés), le développement d’accélérateurs innovants pour la hadronthérapie (traitement de certaines tumeurs).
Des informations détaillées sont disponibles sur la page de valorisation du pôle
.

Centre de Recherche Plasmas-Matériaux-Nanostructures (CRPMN)

Les compétences et le savoir-faire du CRPMN concernent essentiellement :

  • la conception et le développement de nouvelles technologies plasma comme les plasmas micro-onde (DECR ou distributed electron cyclotron resonance, multi-dipolaires, matriciels, DMW ou distributed microwave plasmas)
  • les applications de ces technologies plasma à la production d’espèces ciblées (H, H+, H-) et aux traitements de surface (nettoyage gravure, dépôt PACVD, dépôt PAPVD, PBII ou implantation ionique par immersion plasma, procédés duplex et séquentiels)

Ces compétences ont permis de développer au CRPMN de nombreuses activités de valorisation, principalement dans le cadre de partenariats industriels (GIS THALES/CNRS-IN2P3/UJF, ERT Plasmas HF, start up Boreal Plasma, contrats de collaborations, bourses CIFRE).

Service Électronique

  • Prestations circuits
  • PSI
  • Thales Avionnics

Service Informatique

  • Système de réservation

Service Détecteurs et Instrumentation

  • Tissage de fils

Service Études et Réalisations Mécaniques

Les prestations vont du soutien à la prise en charge de réalisations complexes, incluant la gestion de la sous-traitance. Nos moyens permettent la réalisation d’ensembles de mécanique générale et de chaudronnerie :  

  • Bureau d'études : conception et calcul (mécanique, thermique, thermo-mécanique)
  • Atelier : usinage traditionnel et CNC, électro-érosion à fil, chaudronnerie soudure, mécano-soudure
  • Montage : halls de montage et interventions sur sites, salle de nettoyage (applications pour le vide et la cryogénie)

 

Le LPSC est un laboratoire de recherche fondamentale, mais il a aussi une mission de valorisation des résultats de ses recherches, notamment en direction des industriels intéressés par le savoir-faire du laboratoire ou par des partenariats en vue du développement d’innovations dans différents domaines. Dans les faits, cela fait plus de 25 ans que le LPSC développe et entretient des collaborations étroites avec les industriels. A titre d’exemples, ces collaborations peuvent prendre diverses formes, comme :

  • des contrats de conseils, soit de conseil individuel (contrat avec un expert), soit d’équipe conseil passé avec le laboratoire
  • des contrats de prestation de service très divers, qui peuvent aller de la simple facturation ponctuelle à des contrats sur plusieurs années
  • des contrats de collaboration de recherche qui peuvent concerner des développements innovants, des encadrements de doctorants (conventions CIFRE ou autres) ou de formation d’ingénieurs ou de techniciens
  • la mise en œuvre de développements à vocation de valorisation à travers les ANR « émergence », le programme de pré-maturation de la Direction de l'Innovation et des Relations avec les Entreprises du CNRS.
  • l’accueil d’industriels dans ses locaux et la mise en place d’équipes communes de R&D comme c’est le cas avec la société Techmeta-Bodycote, ou comme cela l’a été avec la société HEF R&D, dans le cadre d’une ERT (équipe de recherche technologique) ou encore avec des sociétés de hautes technologie comme Orsay Physics

Les actions en cours

Le laboratoire poursuit une politique active de valorisation et de transfert de technologies, principalement dans ses domaines traditionnels (mesure des faibles radioactivités, électronique, détecteurs, informatique, sources d’ions, technologies plasma, traitements de surface par plasma), mais aussi dans des domaines en émergence comme l’hadronthérapie (CNAO, Etoile) et les nouvelles configurations d’accélérateurs, et, comme perspective à plus long terme, les réacteurs TMSR (thorium molten salt reactors) pour la production d’énergie nucléaire.

Enfin, les nombreuses compétences techniques et scientifiques du LPSC permettent de répondre à diverses sollicitations d’industriels, parfois très ponctuelles comme des actions de formation à des logiciels de simulation, des tissages de fils fins, des montages de détecteurs, des réalisations de pièces mécaniques de haute technicité (électroérosion), et l’accueil de doctorants dans le cadre de conventions CIFRE.

L'activité est reconnue à l'extérieur par l'attribution des Prix de la Valorisation 2006 et 2008 de l’IN2P3, catégorie "Transfert de technologies", mais aussi le prix de la Recherche Appliquée de la FIECC en 2011 remis en partenariat avec les instituts Carnot et OSEO.

 

Support logistique et moyens humains

Au niveau du LPSC, la politique de valorisation est définie par le Directeur, assisté du Correspondant Valorisation du laboratoire. Les missions principales de ce dernier sont :

  1. d’assister les personnels du LPSC dans les démarches administratives et juridiques liées à leurs activités de valorisation
  2. d’assurer la liaison auprès des autorités de tutelle, principalement avec le Chargé de mission Valorisation de l’IN2P3, avec le Responsable du Service Partenariat et Valorisation (SPV) de la Délégation Régionale Alpes (DR11)..
  3. d'informer les personnels du LPSC sur les moyens de protection de la propriété intellectuelle, principalement la signature d'accords de secret (ou NDA comme Non Disclosure Agreement) avant toute discussion avec des partenaires académiques ou industriels potentiels, le dépôt de brevets, et l'utilisation systématique de cahiers de laboratoire.

Au niveau des autorités de tutelle, diverses aides, en termes de moyens humains et/ou financiers peuvent être accordées pour des actions de valorisation. En particulier, plusieurs demandes d’aide auprès de la DIRE (Direction de l'Innovation et des Relations avec les Entreprises) du CNRS ont permis de recruter au LPSC plusieurs ingénieurs (ITA de Valorisation) dans le cadre du soutien au transfert industriel.

Pour tout renseignement, contacter le Correspondant Valorisation du LPSC, Thierry Lamy

 

Sous-catégories